Le tennis augmenté

Depuis quelques jours, la campagne publicitaire pour le « BNP Paribas Masters Paris » (c'est ainsi qu'on appelle ce bon vieux tournoi de Bercy) bat son plein. Dans le métro parisien fleurissent des affiches promotionnelles encensant un certain « tennis augmenté » sur lequel je me perds en conjectures. La question est la suivante : quel message les organisateurs ont-ils voulu faire passer ? Revue (décalée) des hypothèses !

1. Le tennis augmenté, c'est toujours plus vendeur que le tennis diminué.

2. En fait, ce n'est pas le tennis mais les joueurs qui sont augmentés. Pour l'édition 2015, la dotation du tournoi s'élève à 3 189 900 euros. En 2014, elle était de 2 884 675 euros et de 2 646 495 en 2013. Donc fondamentalement, oui, les joueurs vont gagner plus.

3. Pour augmenter le niveau, les organisateurs auraient fait appel à de meilleurs joueurs et/ou auraient autorisé le recours à des substances dopantes.

4. Pour cette édition 2015, les cours du palais omnisports de Paris-Bercy (qui répond désormais au doux nom de AccorHotels Arena ; encore un exemple de parrainage) auraient été agrandis. Jouer sur un cours plus grand, ce serait ça le tennis augmenté. Dans la même veine, on pourrait penser à accroître la taille des raquettes et le calibre des balles jaunes.

5. Si on en croit le site Internet du tournoi, l'édition 2015 sera placée sous le signe du spectaculaire, de la nouveauté. Petit rappel, les quatre dernières éditions étaient estampillées « tennis underground » (mais c'est quoi au juste ?). Les travaux de rénovation du palais omnisports venant de se terminer, le tournoi de cette année sera le premier à se dérouler dans une arène modernisée. Alors, quoi de neuf ? Les organisateurs promettent une salle « modernisée, plus technologique et plus connectée », donc oui, c'est peut-être ça le tennis augmenté !

6. « Le tennis augmenté », un slogan percutant pour attirer les spectateurs ? Si le rendez-vous de la porte d'Auteuil est depuis longtemps inscrit dans le subconscient des Parisiens et des passionnés de tennis, celui de Bercy ne jouit pas de la même notoriété. Alors, pour garnir les tribunes, il faut marquer les esprits ! Mission accomplie ?